Vivre au quotidien avec l’intolérance au lactose

1680x1050__dairy_products-1216627

Dans le monde, de nombreuses personnes constatent leur intolérance au lactose. Cette incapacité à digérer le sucre du lait touche près de 75 % des adultes. Comment est posé le diagnostic ? Quels sont les symptômes ? Quelles solutions trouver pour une vie sans contrainte ?

Le lactose est un disaccharide, un sucre, qui est contenu dans le lait et ses dérivés. Son assimilation se fait au niveau de l’intestin grêle. Les sujets intolérants au lactose ont une absence ou une quantité insuffisante de lactase, une enzyme digestive, principale responsable de la capacité à digérer ce « sucre du lait ».

Les symptômes de l’intolérance au lactose les plus courants sont des ballonnements, des diarrhées, des douleurs abdominales, des vomissements, une constipation, ils peuvent apparaître entre une demi heure et deux heures après l’absorption du lactose.

Le diagnostic d’intolérance au lactose est souvent posé de façon évidente à la description des troubles, et, en cas de doute, l’absorption volontaire de lactose pourra confirmer le problème.

Des conseils pour vivre avec l’intolérance

Malgré les différents degrés d’intolérance, le conseil primordial est d’éviter de consommer du lactose en grande quantité. Globalement, une prise de lactose en petite dose soit l’équivalent d’une tasse, reste tolérable sans problèmes. Cependant, il est fortement déconseillé sous peine de carence en calcium de supprimer complètement les produits laitiers de votre alimentation.

Outre la prise de lactase sous forme de comprimé afin d’améliorer l’absorption et la diminution des symptômes, un regard attentif sur sa propre nutrition reste primordial. Manger varié reste la solution la plus simple sans oublier que nombreux aliments contiennent du lactose.

Pour éviter la monotonie des repas sans produits laitiers, optez sans crainte pour les fromages à pâte dure car ils possèdent moins de traces de lactose car leur processus de maturation les a éliminées. De même, le yaourt, s’il est consommé avec modération, sera facilement digéré car le lactose qui le compose a déjà été digéré par les bactéries lactiques qu’il contient. Quoi qu’il en soit, soyez vigilant et testez votre seuil de tolérance personnel.

Avoir les bons réflexes au quotidien

En remplacement de plats qui contiennent des quantités importantes de lait de fromage ou de beurre, voici quelques idées de recettes sans lactose : prenez une carotte, un poivron, un oignon, une aubergine et un poireau que vous coupez en julienne. Faites revenir les légumes dans de l’huile et cuire à feu doux durant une heure. Battez quatre œufs en omelette, ajoutez du sel, du poivre et de la noix de muscade. Dans une poile, versez trois cuillères à soupe de légumes, recouvrez de l’œuf battu et laissez cuire jusqu’à ce que l’œuf prenne. Voilà de délicieux blinis à servir dans une assiette entourés de coulis de tomate froid.

De même, côté dessert, optez pour un moelleux au chocolat. Faites fondre le chocolat noir avec un dixième de litre d’eau et cent grammes de margarine au bain-marie ou au micro-onde. Mélangez et ajouter cent cinquante grammes de sucre et quatre œufs. Ensuite ajoutez trois cuillères à soupe de farine. Versez dans un plat, veillez à ce que la pâte ait trois à quatre centimètres d’épaisseur. Laissez cuire durant dix minutes au four préchauffé.

Alors même si votre corps ne tolère plus au quotidien les produits laitiers, pas de panique, un bon contrôle de votre alimentation, quelques substitutions et dans certains cas des cachets de lactase, ne devraient pas avoir raison de votre vie sociale. Au contraire, restez confiants, amusez vous à varier les recettes et surtout faites vous plaisir.

Et vous ? Avez-vous d’autres bons réflexes à adopter ? Contactez-nous !